Punk rock Jesus de Sean Murphy

Par Miguel Martin Perez -  27 Novembre 2013, 22:04  -  #critique

Punk rock Jesus de Sean Murphy

Hello les aminches ! Comme vous êtes nombreux à vous impatienter avec l’arrivée inextricable des fêtes de fin d’année et que les éditeurs mettent les bouchées doubles pour sortir un max de nouveautés voire même,la publication d’anciennes poubelles qui, on ne sait jamais, pourraient quand même se vendre un peu (sur un malentendu) … et comme en plus en ce mois de Novembre je suis très content, voici donc l’occasion de parler d’une nouvelle bande dessinée : je ,susnommé, Punk Rock Jesus (ah ah , vous avez vu comment j’ai amené mon jeu de mot ? « Je sus » … Jésus … bon passons).

Déjà, mettez vos a priori de côté sur les bandes dessinées américaines, car l'éditeur ,Vertigo, dont le catalogue en français est repris par Urban Comics , s'est souvent caractérisé pour offrir des récits solides et d'une qualité généralement au-dessus de la moyenne. Et dans cette catégorie l'on retrouve Punk rock Jesus sorti directement de la tête de Sean Murphy.

L'arc narratif est simple et centré sur deux personnages ,à l’instar de ce que le titre du livre pourrait faire croire : tout d’abord Thomas, un ancien terroriste de l’IRA, catholique et en recherche de la rédemption et puis bien sûr , le retour de Jesus-Christ super-star, himself (les Inconnus en avaient été les précurseurs, Sean Murphy l'a fait).

Dans un futur on ne peut plus proche, l'argent et les médias contrôlent et manipulent tout , y compris l’opinion publique. En ce jour béni, un puissant groupe du divertissement vient d’annoncer le démarrage d’un nouveau reality show : J2 ou Jésus 2 (le retour) ; son objectif ? Créer un clone à partir de l'ADN extrait du Saint Suaire, implanter le tout dans une jeune fille vierge de 18 ans fraichement sélectionnée (et manipulée), diffuser son accouchement en live et bien sûr suivre la vie de Jésus-Christ au jour le jour. « Jissé » rebaptisé Chris pour être un peu plus tendance, sera enfermé dans une "bulle" afin de le protéger des influences et méfaits extérieurs. Éduqué et endoctriné selon une vision bien définie, Il sera adulé, manipulé, et surtout une star ; sa vie sera diffusée en prime-time pour la joie des millions de fidèles spectateurs. Chris vivra une vie paisible en projetant sur Thomas, son garde du corps, une image paternelle, mais ce dernier aura bien à faire pour le protéger lui, et sa mère que ce soit des fanatiques religieux qui vouent une dévotion ultime au Christ ou ceux qui rejettent l’image de ce dernier; mais au final tout le monde en prendra pour son grade surtout quand Chris lui-même découvrira la vérité sur sa création, que tout ce qu’on lui a appris est faux, il se révoltera et … je vous laisse lire la suite.

Dès les premières pages, Sean Murphy qui est aussi bien au pinceau qu’à la narration nous fait rentrer dans un monde brutal, très proche du notre avec en trame de fond une critique vorace sur notre société de consommation et son oisiveté ; le tout avec un portrait charge sur le fanatisme religieux, le terrorisme, dérives de la science, l’industrie du divertissement et j’en passe... le tout imbriqué dans une même intrigue. On sent une rage à la lecture de ce livre dont la narration est très bien maîtrisée et une réelle profondeur des personnages.

Ici personne n’est, à priori ,vraiment blanc ou noir mais simplement humain et c’est la progression de l’histoire qui insufflera les petites touches d’émotions qui les rendront plus humains (ou pas). En somme , voici donc une histoire qui vous tiendra en haleine grâce à un rythme soutenu et bien construit de la première à la dernière page et dans laquelle le lecteur peut complètement s’immerger.

Visuellement, servi en noir et blanc, Sean Murphy nous montre qu’en plus d’être talentueux au niveau scénario et comme conteur d’histoire, est une bête au niveau du dessin avec son trait étonnement vivant, puissant et explosif, j’avoue avoir été bluffé.

Tout en sachant que le format du livre est de plus de 200 pages laissant la place nécessaire à l’auteur pour y étaler son talent, son univers et ses propos , vous aurez compris que ce livre est un récit plus qu’original qui m’a personnellement donné une bonne claque.

Petite touche « classe » à la fin du livre, une playlist musicale proposée par l’auteur pour accompagner votre lecture et une postface assez intéressante de l’auteur.

Je peux vous assurer que c’est génial, grandiose, fantasmagorique, fabuleux, d’enfer, à en pleurer , géant, bien sous tous rapports , impeccable , prodigieux, BDBG , avec ou sans sauce andalouse et abouti ,bref … Sans conteste à mes yeux l'un de mes coups de cœur pour cette année 2013 et qui ,avec le temps ,se convertira en œuvre culte. Idéale pour mettre en dessous du sapin et un must have.

Vous cherchez une idée cadeau ? Ce titre est plus qu'une valeur sûre, du pur bonheur.

Punk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean Murphy
Punk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean Murphy
Punk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean Murphy
Punk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean MurphyPunk rock Jesus de Sean Murphy

Q&A with Sean Murphy, author of "Punk Rock Jesus"

Q. Punk Rock Jesus has been a critical and commercial smash-hit. Were you surprised at all with how deeply the comic book audience has fallen in love with it?

A. I'm completely surprised. My hope was that it would eventually become a cult hit--much like The Crow was in the 90s. But people seemed to embrace it very quickly. Which is surprising, because it's not your typical type of comic.

Q. This series was your first foray into writing for Vertigo. Did you find it easier or more difficult working by yourself?

A. Yes, it was a lot more demanding doing both the writing and drawing. And I knew if something didn't work, I'd only have myself to blame. I forced myself to put in extra hours to make sure it was up to snuff.

Q. For obvious reasons, Punk Rock Jesus struck a controversial tone with many people. Did you ever feel the heat of the critics? How did you react?

A. Yes, I've had a few run-ins with people at conventions who weren't happy with my subject matter. I've also received emails from people telling me that being an atheist is wrong, and that if I'd only read the Bible (again) I'd see that Jesus has bigger plans for me, etc. But those incidents are rare—most people who write love the book. And many of them are Christian as well. I'm lucky to have open minded readers, even if we don't all agree on the idea of an afterlife.

Q. Do you identify yourself as a religious person? Did it affect the manner in which you wrote Punk Rock Jesus?

No, I'm an atheist. But I didn't want the book to read that way. The trick was to write something that pushed believers to question their religion, but not in a way that abandoned them.

Q. The book is filled with such deep, well-thought characterization for it’s two main protagonists, Chris, the clone of Jesus, and Thomas, his bodyguard, that they feel like real people. Where did you draw inspiration for these characters?

A. PRJ is actually an autobiography in disguise, because most of the characters are based off different aspects of my personality, or different roles I've inhabited over the years. For example, Thomas is a lot like me when I was Catholic—very black and white in how I viewed the world. And Chris is a lot like me when I first lost my faith—angry and militant about my new found atheism. Luckily, I've cooled off a lot since then, otherwise PRJ would have been a very (atheistically) preachy book.

Q. Reality television takes center stage in the series. Is the J2 show that capture’s Chris’s every movement representative of your feelings on reality TV? Or was it just a plot device?

A. I think it's both. It's no secret to anyone how cheap, mindless and disposable reality TV is these days, nor is it hard for any one of us to imagine how much worse it will get in the future. Even people who love reality TV usually admit that it's pretty vapid.

Q. Punk rock takes strong role in the latter half of the series. Why did you choose the genre to have such a prominent role in Punk Rock Jesus? Did you grow up a punk rock fan? If so, who were your favorite bands?

A. I don't think the book would work so well if the Jesus clone became an atheist, escaped the island, then started a Bluegrass band. It has to be punk rock because punk is diametrically opposed to the tenets of social conformity. And I imagine that it's the worst nightmare of Fundamentalist Christians--at least it is for the Fundamentalists in my book.

http://www.amazon.com/Punk-Rock-Jesus-Sean-Murphy/dp/1401237681